Journali

c'est le mien, mais pour vous !

28 février 2009

Le complot (le cœur a ses raisons, que la raison connait….)

Ecrit par : Free Thinker

 


 

Cœur tu m’as souvent trompé, j’ai tout su, tu as tenu tant a elle sans prendre ma permission et tu m’as fais croire qu’il n y a probablement pas de raisons. En secret tu complotes avec le reste de mon corps, vous acceptez certains et vous rejetez d’autre pensant que vous n’avez jamais tort. « tu ne comprendrais pas ! » m’as tu dis souvent. Tu t’es déclaré insensé après l’avoir entendu quelque part et tu l’as répété comme un slogan, et la dernière parole reste la tienne.

 

Tu m’as dis que l’amour c’est des sentiments, et les sentiments n’ont pas de raison derrière, mais vous avez rejeté cette femme car elle est  pauvre et l’autre pour sa laideur, une pour sa démarche une autre pour sa poitrine aplatit et ses fesses moins arrondis. A chaque fois que je vous demande la raison vous essayez de la gardez en secret pour protéger mon bien être vénéré sauf si la raison est approuvée pour me la divulguez.

 

 

 

Je comprends aujourd’hui ce qui vous attire et ce qui vous arrache, j’ai vu tout votre tas de papiers et comment vous opérez, combien vous êtes simple dans votre petite demeure, que l’amour comme vous l’appelez est une simple équation pour vous comme pour vos semblables, j’ai vu ces inconnus que vous avez tant cachés de moi et je comprends pourquoi vous avez réagi ainsi. Pour que je ne me vois pas mal, superficiel et vide. Pour que je ne me sens pas semblable à des gens que j’ai tant critiqués et méprisé. De qui je donnais l’exemple pour me distinguer. Mais je préfère mettre ce miroir bien en face que vivre dans une illusion.

 

Vous voulez toujours me faire croire que je suis différent, incomparable, confiant et raisonnable. Vous êtes une entité grise logée au fond qu’on appelle mon inconscience, la ou vous jugez et classifiez les gens dans un temps de rien, selon ce qu’on vous a chuchoté par des connaissances et ma télé. Je sais ce que vous avez pendant longtemps pensé de moi jusqu'à ce que je vous ai prouvé le contraire, le nullard m’appeliez vous ! Oh mon cœur d’artichaut et cerveau soumis, rappelez-vous de m’avoir convaincu qu’une personne n’est pas la bonne pour des raisons que vous avez gardées pour vous-même, la vérité c’est que vous pensiez tellement que je suis un bon a rien, que toute personne m’appréciant serait pareille. Vous m’avez jeté dans une confusion totale, incapable de me comprendre et de savoir tous mes caprices, incapable de m’identifier car tantôt je penche vers un choix et tantôt je penche vers le contraire. J’ai bien souffert à cause de vos mensonges, toi précisément qui refusait de saigner et de m’accepter comme je suis, un homme loin d’être parfait.

 

Seul le temps et ses expériences pourront me changer pour le meilleur ou pour le pire. Seul le temps pourra modifier votre petite chambre mais ne me chantez plus vos louanges, ne me dites plus ce que je veux entendre et ne me faites pas croire que vous avez une raison que celle-ci ignore. Ce que vous appelez amour n’est jamais un mais que des attirances a différent degrés, il n y a qu’un seul amour, il est inconditionnel.

 

 

Posté par sima à 16:01 - pensées - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    une realité

    Comme je rejoins ces ecritures..merci pour ces confirmations ..

    Posté par perlandra, 16 avril 2009 à 21:00

Poster un commentaire